Lectures · 22. novembre 2020
Emanuele Coccia est un philosophe dont vous comprendrez chacun des mots, car il nous parle de ce que signifie être vivant, de la transformation permanente de la vie avant nous, jusqu’à nous et après nous. Se nourrir, enfanter, c’est donner une nouvelle forme à cette même vie qui s'écoule comme un fil depuis la nuit des temps. « Chaque espèce est la métamorphose de toutes celles qui l’ont précédée. » S’émerveiller et faire sienne cette transformation permanente, c’est ce...
Paysages · 22. novembre 2020
Le merveilleux journal La Hulotte nous le raconte ce mois-ci, le moineau se redresse toutes les une à deux secondes, dans un regard rapide qui lui permet de repérer d’éventuels prédateurs. Si vous avez déjà observé des biches ou des chamois, vous avez dû remarquer leurs sens en alerte, les oreilles ou le museau qui bougent, la tête qui se redresse. Combien de temps restent-ils immobiles, à nous observer à bonne distance comme pour deviner nos intentions ? Au fil des générations,...
Humeur · 22. novembre 2020
Le sentier facilite et dicte le déplacement. Il adoucit le terrain, aplanit la pente (jamais assez, certes !). Un sentier, comme une autoroute, est une invitation à la rêverie, au monologue intérieur, aux conversations joyeuses ou sérieuses. Il efface les reliefs et par là-même notre présence à ce que nous sommes en train de vivre. Il nous amène ailleurs. Partir hors-sentier, en revanche, requiert de l’observation, de l’anticipation, de l’intuition. Hors sentier, on doit être...
Humeur · 21. mai 2020
Penser ce virus, ce qu’il nous raconte de notre appartenance au vivant dans toute sa force et sa vulnérabilité, ce qu’il nous dit de la manière dont nous construisons nos vies, nos liens. En affectant nos poumons, en nous forçant à porter des masques, il nous pousse à ressentir à quel point notre vitalité est liée à la respiration. Vous souvenez-vous à la sortie du confinement de votre première grande inspiration face à un paysage, un arbre, un parent ? De la joie, de...
Paysages · 20. mai 2020
Certains d’entre nous ont eu la chance d’observer la nature, même la plus « ordinaire » en ce printemps confiné. Nos « expériences de nature » ont pris une toute autre dimension : fini les hauts sommets et les paysages exotiques, bonjour pâquerette et autre insecte. Nous avons probablement appris plus sur la Vie en ces quelques semaines d’observation qu’en plusieurs années à parcourir les sentiers. Nous avons été attentifs au moindre signe, au moindre changement de nos...
Lectures · 20. mai 2020
Baptiste Morizot est un philosophe également pisteur d’animaux. Ce récit mêle observation du loup, pistage de l’ours et pensée philosophique sur ce que nous enseigne les vers de terre. C’est aussi un plaidoyer pour que nous retrouvions notre passion de pisteurs enfouie dans nos gènes et dans notre cerveau. Et si notre intelligence s’était développée au fil des millénaires grâce à l’art de pister et de lire l’invisible dans les traces, grâce à la nécessité de...
Humeur · 16. mars 2020
Il y a tant de raisons de « faire groupe ». Pour ne pas partir seul d’abord, ou lorsque nos envies ou moyens nous y poussent. Pour rencontrer de nouvelles personnes ensuite, échanger, partager un agréable moment. Pour l’esprit enfin, presque tribal lorsque l’on partage des moments intenses et parfois éprouvants. C’est alors un lien de sens qui se crée, au-delà du lien d’affinité que l’on peut ressentir ou non pour chacun. Ce lien est à la fois temporaire et intemporel,...
Lectures · 15. mars 2020
Au-delà de la collapsologie, Pablo Servigne et Gauthier Chapelle explorent les conditions de l’entraide, entre humains et dans la nature. Le groupe est une cellule vivante, disent-ils, dont la membrane que la cellule crée elle-même, est à la fois perméable et sécurisante. Autre condition de l’entraide : que chacun se sente égal à l’autre. Où l’on revient sur la sélection naturelle, qui n’est pas la loi du le plus fort mais celle du groupe le plus adapté, le plus...
Paysages · 15. mars 2020
Les traces sont merveilleuses pour tout ce qu’elles racontent sans rien dévoiler. Elles stimulent le rêve et la curiosité. On rentre comme par effraction dans la vie d’inconnu(e)s, que la trace ne suffit parfois même pas à nommer. Quand, avec qui, pour aller où et faire quoi, dans quel état d’esprit ? Elles ne sont que la partie visible d’un roman de vie et nous font penser que même sans neige ou sans boue pour témoigner, ces traces sont partout. Elles sont dans notre...
Autoportrait · 07. octobre 2019
- Salut Irene, tu nous parles des raquettes ? - Figure-toi que j’ai découvert les raquettes lors de ma formation d’accompagnatrice… - … euh, tu es sûre de vouloir écrire ça ? On aime l’image rassurante du guide qui nait sac au dos et raquettes aux pieds… - je ne suis pas sûre que les mères de guides apprécient vraiment… à l’accouchement je veux dire. Bon, je reprends, j’ai toujours fait beaucoup de ski – fond, alpin, randonnée-, j’adore glisser. La première fois...

Afficher plus